Lorsque j’ai évoqué la prochaine interview à réaliser, notre Directeur a suggéré que l’on se penche sur Norbert C, Technicien Support Technique au sein d’ASCOREL depuis plus de 30 ans, à la veille de son départ à la retraite, afin d’avoir son « regard de sage ».


NORBERT C. 

TECHNICIEN SUPPORT TECHNIQUE
 
 

Bonjour Norbert, 


Alors que tu es le doyen de l’équipe Ascorélienne, es-tu pressé de devenir jeune… retraité ?    
       
''  Pressé non, mais cela vient tout doucement.


En revanche, à priori tu es pressé d’arriver sur tes chantiers le matin et tu ne sais pas ce qu’est une grasse mat’ ?
''Pour  le boulot oui, je pars à 4h30 pour être sûr d’arriver à l’heure, et je n’ai jamais mis de réveil. Il n’a jamais sonné. Ça s’appelle la conscience professionnelle, je suis là quand ils ouvrent. Avec Dylan mon remplaçant, on s’est retrouvé sur un chantier un matin, de bonne heure tous les deux, ça m’a étonné qu’il soit déjà là et je lui ai dit « T’es déjà là ? ». En fait il est comme moi (Norbert se marre…).









  image.png
Effectivement, on nous a remonté que parfois tu appelles à 7h du matin en disant que c’est le « bin’s », que la porte est fermée et qu’il n’y a personne encore. 

Comment se prépare et se déroule ta journée de travail du coup ?

''Quelques jours avant et au moins l’avant-veille, je vérifie que j’ai bien tout ce qu’il faut dans le véhicule, les bonnes pièces. En principe j’ai tout ce qu’il me faut mais on ne sait jamais. Je mets en charge toutes les batteries du matériel électroportatif aussi si besoin.

Le matin après m’être préparé, je prends la route. Arrivé à destination, je dis bonjour (mais de loin maintenant, fini les poignées de mains avec la Covid) je vérifie que la machine est bien là et j’attaque le montage, je vérifie que tout va bien…. Et ensuite je rentre à la maison ou je me rends au chantier suivant en fonction du planning.
.

Pour gérer votre activité aujourd’hui, vous avez un téléphone portable et un outil informatique qui vous permettent de connaître une semaine à l’avance vos plannings, de gérer les bons d’intervention… En terme d’organisation, tu as dû assister à  une sacrée avancée technologique. Pas de portable à l’époque, comment fonctionnait le Service quand tu es arrivé ? 

'' Il n’y avait pas les portables à l’époque effectivement. Il fallait utiliser les lignes des clients, ou alors les cabines téléphoniques une fois ou deux. J’ai dû acheter une carte, utiliser quelques pièces de monnaie. Mais on arrivait à se débrouiller. Les clients à l’époque étaient moins exigeants : maintenant il faut tout faire et toute de suite. Ce n’était pas le même état d’esprit, le même contexte.

Je ne me rappelle même plus trop comment on s’organisait.

Je me rappelle par contre du premier jour où j’ai eu un portable dans le véhicule, un téléphone de voiture. J’étais dans la Marne toute la semaine avec mon téléphone dans la voiture. Puis on a vite changé pour des portables classiques.

Daniel avait un calepin et nous donnait les plannings presque 15 jours à l’avance, et ça bougeait beaucoup moins qu’aujourd’hui. 

Je me souviens d’un dépannage en Alsace, par erreur on m’avait donné l’adresse personnelle du client au lieu de l’adresse du site client. J’avais perdu un peu de temps, je m’étais fait un peu engueulé mais bon après c’était passé.  J’étais jeune, je n’osais rien dire. Le patron était spécial en plus, il parait qu’il donnait des coups de pied dans le cul à ses équipes. C’était il y a plus de 30 ans. Ça ne se ferait plus.
Le service était moins étoffé que maintenant : les outils informatiques, les outils tout court. Des fois il n’y avait pas de prise électrique sur le chantier pour utiliser les appareils alors que maintenant on a des électroportatifs. 
 

Te rappelles-tu du nom du premier système que tu as installé ?

''Je ne m’en rappelle pas, mais un de mes premiers, je l’ai installé avec Régis, c’était sur une vieille chargeuse dans le Puy de Dôme.

Tu as du coup assisté aussi à une sacrée évolution technologique des produits d’ASCOREL aussi, non ?
'' Oui, et on voit encore de très vieux produits. Il y a 15 jours chez FLAMARY pour l’installation d’un 403 HTC, le dernier système sorti, j’ai vu que le client avait toujours  un MC250 qui fonctionnait encore. Le système est tellement vieux qu’on n’a plus de pièces.
Certains systèmes encore en place ont plus de 25 ans. Comment expliques-tu la durée de vie extrêmement longue de nos produits ?
'' Ils ont été surement bien conçus, en tout cas ils sont costauds
Comment as-tu été accompagné pour ne pas être perdu avec la nouvelle technologie tout au long de ta carrière?
'' Les plans Supertech en interne permettent de présenter les nouveaux produits. On suit les évolutions des systèmes et des nouvelles fonctionnalités. Par contre, moi je ne suis pas trop PC du coup il n’y a pas longtemps par exemple, Kevin m’a aidé pour la mise en route d’un système. 







Avant cet interview, on a demandé à ton responsable avec qui tu travailles depuis tes débuts, quelques anecdotes. Il nous a raconté que comme tu parles très vite et avec son accent, peu de gens te comprenaient si bien qu’une des premières standardistes qui t’avait eu au téléphone, avait transmis ton appel en lui disant « j’ai rien compris je pense que c’est un anglais… ». Puis que du coup, après tu t’annonçais « C’est Norbert « de Montceau » .  As-tu d’autres anecdotes à nous raconter ?  
(Norbert se marre à nouveau..)
'' Je parlais vite, c’est vrai. 

Avec Michel R, on faisait un montage et en passant les câbles, j’ai passé la main dans une gaine d’aération et je me la suis coincée. Quand je l’ai sorti j’avais les doigts en sang. Bon bah tant pis, ça arrive… mais Michel il riait. Il m’en parle encore aujourd’hui.

Aussi, avec mes filles, on avait été à une exposition de minéraux. Du coup, un jour dans une carrière dans l’Aube, j’ai ramassé dans un gros caillou qui une fois brisé avait des jolis cristaux. Michel LP m’a regardé bizarrement et m’a demandé ce que je faisais. Et moi je lui ai répondu « Bah, je récupère des cailloux »… 
Il paraît aussi que tu n’aimes pas prendre l’avion ? 
''Pour un client, j’ai dû prendre l’avion pour la première fois il y a longtemps pour faire Lyon-Bordeaux. J’étais pas fier. Il avait deux heures de retard. Et j’ai dit plus jamais. J’ai pas aimé et plus jamais je n’ai repris l’avion. J’aurais pu faire des déplacements sympas comme les collègues en Guadeloupe ou autres. Tant mieux pour eux. Mais sii tu ne prends pas l’avion, tu ne vas pas bien loin : pas plus loin que le Luxembourg, l’Allemagne, le Pays Basque… ou la Bretagne. D’ailleurs une des seules fois où j’y suis allée, on a bu un coup ensemble avec Michel R à midi, et au moment de partir j’avais perdu les clefs de voiture. Je me rappelle de la boulette, ils avaient dû m’envoyer un double. C’est pas très grave mais bon, il ne faut pas trop le faire souvent !

Quels conseils as-tu donné à Dylan M qui te remplace du haut de ses 21 ans ?
''Je ne lui ai pas vraiment donné de conseils mais je lui ai quand même dit il y a quelques semaines de ne pas se laisser avoir parce que des fois les clients nous demandent d’intervenir sur des choses pas prévues, et après ça décale le planning. Quand on peut oui, mais il ne faut pas trop se faire avoir..



Quel message voudrais-tu laisser à tes collègues qui vont payer ta retraite durant les prochains mois, les prochaines années ?
''Bon courage ! 

Le boulot est de plus en technique, et puis il faut beaucoup se servir du PC. Le connecté va être bien spécifique. Quelque part je suis content de ne pas avoir à vivre tout ça, je suis un peu vieux.
Quels sont tes projets personnels pour ta  
retraite 
 ?
''Profiter des petits-enfants, j’en ai 3. Ça va être difficile avec le confinement, on espère d’ailleurs qu’on va pouvoir les voir ce WE. Je prévois de monter un poulailler. Je vais en profiter pour pouvoir marcher avec ma femme qui aime bien ça, et avoir la santé, qui est la première des choses.

Nous te souhaitons Norbert, une belle retraite, et nous te remercions pour cette interview mais surtout pour ton professionnalisme et ces belles années.



Rebecca S – Le 26/03/2021 – « Interview d’un sage »